How is Iceland?

How is Iceland? Voici la question qui nous a été le plus posée cette semaine ! On va tâcher d’y répondre du haut de nos 5 jours d’expérience ! 

Tout d’abord, nous sommes arrivés mardi à Reykjavik, capitale du pays de glace. On a tout de suite compris pourquoi il se nomme ainsi… Ça caille !! Vraiment. Vraiment. En comparaison, l’Écosse, c’était la côte d’Azur !

Au départ de Londres… 

Au dessus du Loch Lomond en Ecosse et donc de Fruin Farm ! Coucou les copains ! 

Dès l’avion, nous avons été immergés dans la culture islandaise : hôtesses de l’air canons toutes blondes aux yeux bleus, de l’espace pour tous même en classe économique, des sièges ultra confort, des écrans qualité Rétina, des films sur l’Islande, de la super bonne musique Spotify… bref, le pied pour trois petites heures de vol. 

Puis, juste avant d’aterrir, nous avons compris sur la carte du monde diffusée sur nos écrans que notre pays voisin était désormais… le Groenland ! Je vous assure qu’on y avait pas pensé avant…


… cela dit, ça explique les températures ! Il faisait 5 degrés lorsque nous sommes arrivés, à 15h heure locale. Nous sommes bien équipés, même pas peur ! 

À l’aéroport, nous avons rapidement récupéré nos valises et trouvé le bus pour rejoindre le centre de Reykjavik. Jusque là, pas de difficulté particulière. Nous profitons des 45mn de route pour feuilleter les prospectus d’activités touristiques islandaises. Nous n’en ferons probablement aucune puisqu’une simple visite de grotte de glace coûte près de 90€/pers. et il s’agirait d’une des activités les moins chères… J’avais pensé offrir un tour en hélicoptère à Simon pour son anniversaire mais il nous en coûterait près de 800€ pour une demie-heure de vol…! Pas grave, on le savait, et la nature islandaise a des milliers de choses gratuites à nous offrir ! On admire aussi les tous premiers paysages et apercevons déja des fumerolles s’échapper des montagnes enneigées au loin. Les abords ne sont que steppe, terres brûlées et roches volcaniques. Hypnotisant. 

Arrivés à la gare routière, il nous reste à prendre un bus local pour rejoindre la maison principale d’Hadda, notre nouvelle hôte Workaway. Nous retirons nos premières couronnes islandaises au distributeur : 30 000 ISK soit… 260€ ! 


Voilà un peu à quoi ressemble la monnaie… et il existe des pièces d’une couronne ! Soit 0,008€ ! Sachant que l’Islande est le 4e pays le plus cher du monde, je suis curieuse de voir à quel moment on va pouvoir écouler ces toutes petites couronnes ! En attendant j’aime beaucoup les symboles du monde marin qui les décorent !

Notre pécule en poche, nous demandons conseil à une islandaise qui nous indique le bus à prendre pour rejoindre la maison d’Hadda. Devant l’arrêt de bus, ça se complique ! Rien que de l’islandais… Par déduction, on arrive à deviner de quel côté de la route prendre le bus. On demande aussi au chauffeur de nous arrêter au bon endroit qu’on lui pointe sur la carte… au cas où ! 

Nous y sommes ! Voici la maison principale d’Hadda et l’un des 4×4 de son mari qui organise des stages photos pour professionnels dans toute l’Islande ! Observez la taille des pneus ! Notez que les 4×4 sont légion dans ce pays où la plupart des routes sont en réalité des pistes uniquement accessibles avec ce type de véhicule. Les pneus cloutés sont aussi extrêmement présents. 

Hadda nous a laissé les clés sous le paillasson, nous ne la rencontrerons que le lendemain. Nous pensions initialement rejoindre la guesthouse aujourd’hui mais l’unique car quotidien était tôt dans l’après-midi. Nous partirons donc demain. Une veine qu’elle ait accepté de nous dépanner chez elle à Reykjavik pour la nuit car il faut compter 150 à 200€ la nuitée pour se loger dans la capitale… (je parlerai régulièrement des prix dans mes articles car trop de gens ne réalisent pas à quel point le niveau de vie est élevé et s’en mordent les doigts une fois sur place en ayant imaginé « que ça allait le faire »…)

Nous nous organisons un peu tard pour faire des courses et réalisons que le Bonus local (supermarché discount) a fermé ses portes à 18h30 (heure de fermeture des magasins en général). Par chance, nous réussirons à acheter des pâtes et un bocal de sauce dans un café bio à côté. 

Notre petite balade nous fait prendre conscience de l’architecture de la ville : totalement destructurée ! Reykjavik ressemble à une ville qui n’aurait pas été finie. Tout du moins, là où nous nous trouvons car la vieille ville, à 1h de marche, est paraît-il très mignonne. Zones industrielles, écoles primaires, quartiers résidentiels et cages à lapins se mélangent sans gêne tout autour de nous. Étonnant. Nous découvrons aussi qu’il n’y a pas de volets aux fenêtres… on croit pourtant savoir que les nuits sont très courtes voire inexistantes en Islande à partir de mai… 

Et en effet, lorsque nous nous couchons vers minuit, il fait à peine sombre. Comme un crépuscule très clair. De petits rideaux et une grande fatigue du voyage nous aident à rejoindre Morphée sans trop de difficulté…

Le lendemain, mercredi, nous faisons la connaissance d’Hadda. Elle nous informe que la route principale, la route 1, qui rejoint la guesthouse, est fermée à cause du vent. Des rafales de 90-100 km/h sont prévues jusqu’à demain. Il faudra donc patienter ! La route 1, entièrement goudronnée, fait le tour de l’Islande sur 1339 kms. 90% des touristes se contentent de l’emprunter quand ils visitent l’île car elle dessert les plus beaux spots touristiques. L’autre raison est que la plupart des autres routes ne sont pratiquables qu’en 4×4 ou sont tout simplement interdites aux véhicules de location (sous peine d’amende très lourde si vous vous faites repérer sur l’une d’entre elles !). 

La route 1 en rouge ci dessus. Bien pratique, sauf quand elle est fermée !
Nous patientons donc gentillement chez Hadda, sortons nous balader, très rapidement car le vent est fatiguant même en ville, et en profitons pour nous reposer. 

Jeudi, la route 1 a réouvert. C’est parti ! On monte dans le 4×4 d’Hadda en essayant de trouver une petite place pour nos affaires tant il est rempli de fournitures pour la guesthouse ! 


Nous faisons le plein d’essence et nous arrêtons faire les courses en chemin. Enfin devrais-je dire au supermarché le plus proche de la guesthouse située à… 2h de route !

Les paysages défilent. Plaines, montagnes vertigineuses, cascades, étendues d’eau, fumerolles inquiétantes… Puis viennent les plages de sable noir… et le vent qui se fait de plus en plus fort et déporte légèrement notre gros 4×4 sur la route… Des rafales de sable viennent frapper la voiture et nous observons des nuages du même sable noir voler plusieurs dizaines de mètres au dessus de la mer… C’est simple, on se croirait dans un film de science-fiction ! Hadda est très prudente mais ne semble pas porter plus d’attention que ça à ce qui se passe. Welcome to Iceland!

Le paysase au départ de Reykjavik.

La route 1, sans fin.

Une rafale de sable noir juste devant nous !

Les nuages de sable au dessus de la mer.

Après 3h de route, nous arrivons à la guesthouse (le site web ici pour les curieux !). Nous faisons alors la connaissance de Haukur Snorrason, le mari de Hadda. D’ailleurs elle s’appelle Hadda Bjorkdottír. Notez que les Islandais portent leur prénom puis le prénom de leur père en guise de nom de famille suivi de « son » s’ils sont un homme ou « dottír » s’ils sont une femme. Dans le cas présent, Haukur n’est autre que le fils de Snorra. Hadda, quant à elle, est la fille de Bjork. Autant vous dire qu’avec un tel système, on n’est pas prêt de deviner à quelle famille appartient tel ou tel individu !

Hadda et Haukur dans la cuisine de la guesthouse. 

On rencontre également Simone, l’alter ego workaway italien de Simon. Il aurait dû quitter la guesthouse aujourd’hui mais la route 1 est de nouveau fermée ce soir jusqu’à samedi… il devra donc patienter ! 

Simone et Simon après avoir réussi à résoudre le mystère IKEA du nouveau meuble de cuisine ! 

La Symon team en mission nettoyage de vitres pour parfaire la nouvelle chambre du jour ! 

Nous rencontrons aussi Lena, une autre bénévole workaway originaire de Lituanie, et qui travaillera avec nous jusqu’à la fin du mois. 

La guesthouse est actuellement en travaux, passant de 6 à 12 chambres. Nous avons eu la chance de dormir dans une belle chambre toute neuve le premier soir. Puis…

…dans une chambre en travaux avant de…… déménager dans le Van Mercedes ! Ca nous rappelle notre cosy caravan chez Seonaid en Ecosse. Sauf que la première nuit dans le van sera épique ! Après s’être un peu calmé, le vent s’est levé de nouveau, secouant notre roulotte de toute part ! 

Pourvu que cette tempête infernale se calme car nous ne pouvons pas sortir et rester plus d’une minute à l’extérieur ! Une petite vidéo immersive ici ! 

Pour vous donner un ordre d’idée, voici la luminosité extérieure vers minuit. La nuit va continuer à raccourcir les prochains jours…

Nos journées sont remplies de diverses missions : faire les chambres, gérer le linge, aider en cuisine, s’occuper des guests, servir le repas du soir, maintenir la guesthouse en ordre, faire de la peinture et aussi tout un tas de petits travaux (surtout gérés par Simon) réalisés avec l’équipe de charpentiers et électriciens pour l’extension de la guesthouse. 

Entre deux missions, on profite des bons repas préparés par Hadda…


… et aussi de l’atmosphère cosy du living room avec vue panoramique ! 

Le poêle tourne à plein tubes en ce mois de mai islandais !

Et hier, dans notre van, on s’est offert une petite gorgée du whisky acheté en duty free avant d’arriver en Islande. On a bien fait car à la guesthouse, la bière en canette est facturée 8€ et il faut compter 10€ pour un verre de vin (en cubi…). Sevrage en cours donc ! 

Désolés, ça fait vraiment mauvais genre mais on n’avait pas de verre (et puis c’était juste pour goûter !). 

Que vous dire d’autre ? Nous rencontrons chaque jour des gens du monde entier, venus passer une nuit (ou plus, surtout quand les routes sont fermées !) dans cette contrée hostile perdue au milieu de nulle part. La guesthouse est située au bout d’une piste, à 7kms de la route 1, et appartient au village de Kirkjubæjarklaustur (on ne sait toujours pas comment le prononcer !). Tout le monde ici parle l’anglais, nous continuons donc de progresser chaque jour ! 

Nous espérons pouvoir vous montrer très vite de belles images des paysages alentours. En attendant, gott kvöld í alla! (Google translate vous aidera 😉)

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Daniel dit :

    Quel changement pour vous en si peu de jours depuis notre balade à Broadstairs. Images d’un sacré bout du monde. Kirkjubæjarklaustur c’est comme aux pôles, un vent à soulever les éléphants de mer (chaud la vidéo !). Et demain, il y aura 28 degrés d’écart de température entre nous et vous ! Le gîte a l’air chouette de l’intérieur, et votre van-merco digne du far-north. Côté mission, Simon va y montrer ses talents de couteau suisse. Bises et bonne couette à tous les deux !

    J'aime

  2. YVES dit :

    Scotchés, totaly scotchés….Non mais ! c’est quoi ce vent??
    Bises
    Yves
    c’est pas du scotch c’est du whisky !! skoljustkillfulsty shigkartyoll bonsoir cc

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s