Randonnée magique en terre d’Irlande

Hier matin, réveil vers 8h30. Les yeux embrumés. A moins que ce soit… oui, le fog irlandais est là. Brouillard épais, il nous enveloppe et nous coupe de toute civilisation. Nous ne voyons pas au delà du lopin de terre devant la maison. Plus de montagnes, plus de plages et de vagues. Tout appelle à rester confiné, d’autant que la dame de la météo annonce des températures négatives…

Et puis Clodagh nous informe que le soleil illumine l’autre côté de la péninsule de Dingle et qu’une magnifique randonnée nous y attend dans la vallée. Ni une ni deux, nous enfilons nos vêtements les plus chauds et nos boots, direction Ballinloghig, destination perdue au milieu des montagnes…



Passage obligé par le Connor Pass que nous découvrons dans une mer de nuages…



Et le soleil fait son apparition sur l’autre versant… 

Nous suivons les indications de Clodagh, hésitons, rien sur notre carte routière et Google ne fait clairement référence au point de départ de la belle balade promise. 


Nous faisons confiance à notre instinct et nous engageons dans un chemin caillouteux. Une ferme boucle le chemin et invite à laisser sa voiture pour poursuivre les aventures à pieds. 


Très vite, nous comprenons que nous sommes sur le bon chemin. Encaissés entre deux vallées, nous avançons et regardons les ombres se déplacer sur les flancs montagneux qui nous entourent.




Le crissement des herbes hautes gelées sous nos pieds nous rappelle que nous sommes aux prémices de l’hiver alors même que le soleil chauffe nos nuques découvertes.

Le chemin s’arrête brutalement. À tâtons, nous longeons la rivière, mesurant chacun de nos pas. Nous étudions les moyens de la traverser. Une fois de l’autre côté, mottes de tourbes et crevasses alternent avec roches tantôt sèches tantôt glacées. Notre progression s’en voit ralentie mais l’effort produit est une réelle source de satisfaction sous les rayons d’un soleil blanc d’hiver. 


Pause déjeuner dans la vallée et en t-shirt… un berger nous aperçoit, nous salue. Nous pouvons aisément deviner qu’il n’est pas habitué à voir deux touristes s’aventurer ici fin novembre…



Nos pas nous dirigent au devant de constructions plus ou moins récentes, quoique toutes deux à l’abandon. Allez connaître leurs usagers et fonctions…



Et puis, tout à coup, nous arrêtons de parler et le miracle se produit. Voici plusieurs semaines que nous cherchons cela, dans cette nature omniprésente. Mais toujours l’aboiement d’un chien ou le ronflement d’un moteur vint altérer la quiétude du lieu. Cette fois, c’est la bonne. Le sifflement du vent frôle nos oreilles. La glace continue de crisser sous nos pas par endroit. La rivière gronde en contrebas et nous rassure en même temps. Un oiseau surgit de nulle part et parvint à nous faire sursauter. Nous nous regardons. Le silence, le vrai, est là. Non pas le silence absolu, mais celui que la nature profonde nous offre. Nous dégustons chaque seconde comme une heure. Le bonheur tient à peu de chose.


Le chemin du retour nous laisse sans voix de beauté. Les nuages et les reflets jouent avec le soleil et nous raccompagnent jusqu’à notre point de départ. Trois heures ont passé.


Féerie de couleurs et de glace sur la route du retour… nous restons vigilants car notre 206 n’adhère pas beaucoup sur les chemins gelés…


Nous ne résistons pas à l’appel du Slea Head Drive pour rentrer à la maison… vous comprenez pourquoi ? 



Bonne semaine à tous ! 

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Yves dit :

    Epoustouflant!!!!!
    Je comprends tout à fait votre ressenti lorsque vous vous êtes retrouvés au cœur de la nature sans autres bruits que ceux de cette dernière. J’ai eu des sensations identiques lors de ma grande rando, seul, en montagne cet été. Merveilleux. Des heures sans croiser qui que ce soit et loin de tout village. C’est super.
    Vos photos sont absolument extra. Merci merci merci de nous faire partager cela sur ce merveilleux blog.
    Nous venons de faire un coup de video WatsApp avec Estelle. Nos enfants nous gâtent en news…
    Bisous à tous les deux
    Yves

    J'aime

  2. Yves dit :

    je pense que ce sont vos plus belles photos depuis le début et aussi que la plume de Manue est de plus en plus fine précise littéraire talentueuse et elle nous procure beaucoup d’émotions pour décrire cette ballade nous en avons le souffle coupé sans être exposés aux intempéries !!merci infiniment de nous faire partager votre vie irlandaise je peux comprendre votre émotion devant cette nature vous qui avez passé tant d’années sans en profitez moi qui pour l’instant me « contente » de mes couchers de soleils aux Pousseries!!!
    on vous remercie et on vous aime très fort bisous cri cri

    J'aime

  3. clement dit :

    Merci pour la belle balade de ce lundi matin dans cette contré de Ballinloghig! Tip Top!! Magnifique!

    J'aime

  4. Gaby dit :

    je suis assez d’accord, ce sont les plus photos que vous ayez fait, on reste aussi dans le silence en les regardant… et on sent ce bien-être que vous avez du ressentir dans cette nature sauvage. Magnifique, merci, elodie

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s